Skip to Content

Google devrait laisser à ses utilisateurs la possibilité de rendre public ou non leur compte Google+

Lorsqu’on lance une recherche sur vous sur Internet, il y a de fortes chances de tomber sur certains types de liens:
– Votre blog
– Votre profil Facebook
– Votre profil Linkedin
– Votre profil Viadeo
– Votre compte Twitter…
Ah oui j’oubliais, votre profil Copainsdavant 🙂

Pour ma part, j’ai décidé il y a quelques années de favoriser l’option blog, et plus récemment, j’ai choisi de rendre public mon compte Twitter. Ce dernier réseau occupe une position de neutralité dans la galaxie des réseaux sociaux et il offre une fonction citoyenne (Twitter est utilisé par des chercheurs, des journalistes, des hommes politiques, les témoins d’un événement…) qui, à mes yeux, devrait lui conférer un léger avantage comme vecteur d’une identité numérique universelle.
Jusqu’à présent la plupart des réseaux sociaux donnaient la possibilité de faire apparaître ou non dans les résultats de recherche un compte personnel. Google+ a apparemment décidé de fermer la porte à cette possibilité, en rendant forcément publics les comptes des utilisateurs courant août. Ce choix s’accompagne d’une restriction sur l’usage des pseudonymes…

On remarquera que le compte Google n’apparaît pas dans la liste ci-dessus. Sur le Web français en tout cas, il est vrai qu’il ne fait pas partie des résultats qu’on a l’habitude de voir… La décision de Google s’explique en partie par la volonté de voir changer les choses. Premier moteur de recherche, il n’est paradoxalement pas aujourd’hui le premier vecteur de l’identité numérique des internautes. Facebook a pris une solide avance pour ce qui concerne l’identité privée ou personnelle; un grand nombre de services Web permettent de se connecter via son compte Facebook. Linkedin, Viadeo, et Twitter eux ont pris la première place pour l’identité professionnelle. En annonçant la préférence de Twitter comme vecteur de l’identité dans iOS 5, son nouveau système d’exploitation, Apple a choisi de fortifier la position de Twitter à la fois sur le plan privé et professionnel.

Un des nombreux objectifs de Google+ est de bouleverser cette hiérarchie, quitte à forcer un peu la main aux utilisateurs. Le nouveau réseau, dont on parie ici sur le succès, essaie de fusionner les identités privée et professionnelle, en offrant une synthèse des services fournis par les autres réseaux sociaux. Il est frappant de voir qu’une des premières informations fournies par un profil Google+ est l’entreprise de l’utilisateur. Sur un autre plan, on peut remarquer que la fonctionnalité de suggestion de contacts de Google+ se révèle assez efficace pour suggérer des contacts professionnels qu’on a pu croiser sur son parcours.

Au nom de la liberté de dire (ou pas) que Google a défendu par exemple lors des « révolutions arabes » récentes ou face au pouvoir chinois, le géant de la recherche devrait laisser le choix à ses utilisateurs de rendre publics ou non leurs comptes Google+, ainsi que celui d’utiliser un pseudonyme.

Google+ veut vous aider à faire le tri dans vos amis (Facebook)

Annoncée depuis au moins 1 an, Google vient de lancer sa réplique à Facebook, Google+. Comme on pouvait s’y attendre, le géant de la recherche a placé ce réseau au coeur de tous ses services; il en profite même pour publier une nouvelle barre de navigation noire, placée au-dessus de tous ses sites et qui met Google Plus au premier plan. Grâce à une invitation amicale, j’ai commencé à utiliser ce nouveau réseau disponible sur invitation limitée pour le moment; je publierai mes premières impressions dans un autre article.

Les 2 fonctionnalités mises en avant dans la communication de Google sont la possibilité de créer des groupes (rebaptisés « cercles ») de manière plus fluide/intuitive et l’arrivée du chat vidéo en groupe. Facebook a déjà répondu partiellement à cette dernière fonction en lançant le chat vidéo entre 2 contacts, grâce à un partenariat avec Skype.

L’impossibilité actuelle de constituer des cercles d’amis de manière fine/fluide constitue bien un des points faibles de Facebook. Cette éventualité n’était manifestement pas incluse dans la philosophie originelle du réseau, basée sur la création de liens avec le plus grand nombre possible d’amis, à qui l’utilisateur montrerait le plus de choses possible… Facebook avait bien essayé de limiter cette faiblesse en intégrant la possibilité de se constituer des listes d’amis et en développant au fil du temps sa fonctionnalité Groupes. Mais aujourd’hui encore, pour limiter les publications à certains amis, il faut aller fouiller dans les options de confidentialité.

A l’opposé, Google+ est conçu dès le départ sur cette idée que tout contenu n’est pas partageable avec tout le monde. Ce nouveau réseau permet de se créer des cercles par simple glisser-déposer, et aussi de distribuer le contenu à ces cercles directement sans passer par les options de confidentialité. Le développement du graphe social y apparaît ainsi plus intuitif.
Il ne devrait pas être difficile pour Facebook de faire évoluer son réseau pour répondre à ce besoin de restreindre le partage de contenus. Après une phase de course débridée aux amis, les utilisateurs sont sans doute maintenant entrés dans l’ère du tri.

Il est intéressant de faire un parallèle entre la démarche adoptée par Microsoft Bing lors de son lancement pour se distinguer du moteur de recherche de Google, et celle qu’adopte aujourd’hui Google pour se différencier de Facebook. On peut dire que toutes les deux ont attaqué leur cible par la qualité perçue. Faire mieux avec moins. Moins de résultats pour Bing pour faciliter la décision (il s’agit là d’une promesse marketing), des cercles plus restreints côté Google+ pour éviter le spamming social. Mais alors que d’un côté on a fait le choix d’un rebranding (renommage) pour partir de zéro, le nouveau réseau est positionné comme l’extension d’une des 2 pages Web les plus visitées au monde (l’autre étant la page d’accueil de Facebook).
Ces deux nouveaux services mènent la même bataille, qui consiste à essayer de faire changer les habitudes. Faire comprendre qu’une autre façon de chercher est possible pour Bing, qu’une autre manière d’interagir avec ses amis est encore plus ludique pour G+. Tâche d’autant plus difficile si on a en face de soi un acteur qui innove sans cesse, et qui a les ressources pour continuellement corriger d’éventuelles faiblesses.

Contrairement à ce qui s’était passé pour Wave, ou pour Buzz dans une moindre mesure (ce service est finalement en train de fermer apparemment), on a envie de parier sur le succès de G+, surtout si Google l’accompagne d’une campagne publicitaire encore plus puissante que celle qu’il a consacrée au navigateur Chrome par exemple.