Skip to Content

Author: Kadjo

Le premier téléphone HTC sous Google Android sort bientôt

Lors de la sortie de Chrome, le nouveau navigateur Internet, je vous parlais de la stratégie qui avait consisté pour Google à favoriser Linux, système d’exploitation concurrent de Windows. Avec Android, Google est allé encore plus loin dans le soutien de systèmes d’exploitation concurrents… en créant son propre système pour téléphone mobile. L’entreprise s’est dotée de la plateforme sur laquelle elle fera tourner Google Mail et Chrome, la messagerie et la navigation Internet étant les 2 applications Web les plus populaires, que l’on retrouve déjà sur les téléphones portables.

Ainsi, la bataille pour la suprématie sur les systèmes d’exploitation a provisoirement délaissé le poste de travail (trop monopolisé) pour atteindre directement le téléphone portable, qui offre lui une situation plus ouverte, avec Microsoft et Symbian (Nokia) au coude à coude, et d’autres acteurs comme Palm (en perte de vitesse), Apple (iPhone) et Linux qui essaient de développer leurs parts de marché. S’inspirant du modèle de développement de Linux, Google a choisi de se positionner sur l’interopérabilité et l’ouverture du code; ce qui permettra à tout développeur de créer des applications pour cette plateforme, et aux utilisateurs d’y installer les applications qui leur chantent. Ces possibilités ne sont pas offertes sur iPhone par exemple.

Mon smartphone HTC vient de mourir de sa belle mort, la carte mère a rendu l’âme. Et oui, les cartes mères des téléphones meurent aussi, on a tendance à l’oublier. Il est clair que je suis tenté par l’achat du prochain HTC Dream, qui intègre justement le système Android, et qui pourrait bien proposer une version mobile du navigateur Chrome. La meilleure plateforme matérielle en terme d’ergonomie (ah le clavier !) associée à un système d’exploitation innovant et à un navigateur Internet nouvelle génération : le rêve. Le prochain smartphone HTC porte bien son nom. Le seul hic? Pas de sortie française prévue avant janvier 2009.

Domenech échappe à l’échaffaud

Ouf. L’équipe de France a battu la Serbie, nous rassurant ainsi sur sa capacité à se qualifier pour la coupe du monde 2010.

Découvrez les buts, vus des tribunes.

La presse mentionne un « coaching gagnant » de Domenech. C’est bien la première fois depuis l’Euro que le sélectionneur national bénéficie de ce bon point. Domenech a effectivement fait des changements gagnants. Abidal, Gourcuff, Clichy ont tous les 3 été très bénéfiques à l’équipe de France. Par ailleurs on l’a entendu porter à bout de voix cette équipe de joueurs de très haut niveau. Le sélectionneur, resté en bord de terrain tout le match, n’a cessé d’invectiver ses joueurs et de leur répéter les consignes, nous montrant à quel point cette équipe était en devenir et avait besoin d’être pouponné… Benzema lui n’avait visiblement pas envie de les entendre les consignes… Lisez ce qu’en dit Pierre Ménès.

Le tournant du match sesitue justement à la mi-temps, avec le choix de Domenech de remplacer Benzema (vraiment pas très bon ce soir-là) par Anelka. Un Anelka qui avait mangé du lion, sûr de ses coups, impérieux. Un Anelka qu’on n’avait pas vu depuis l’Euro, chapeau! Nombreux sont ceux attendaientt secrètement la reléguation de Benzema sur le banc de touche.

Pour moi, le match a été l’occasion d’une grosse révélation Gourcuff. J’avais été déçu par son entrée contre l’Autriche. Cette fois-ci, il a dynamisé l’attaque des Bleus et il a même failli marquer un beau but. Son jeu a été étincelant.

Comme je m’y attendais Abidal a fait son entrée à la place de Mexès. Il a mané un très bon match, n’était le corner concédé à la Serbie, et qui lui a permis de revenir au score. Une des autres surprises est la sékection de Clichy à la place d’Evra. Ce dernier a fait lui aussi un match remarquable, en montrant des capacités offensivesplus tranchantes.

Je suis prêt à parier que ce match anoonce une montée en puissance des Bleus, avec une envie plus forte de la gagne, et sans doute une concurrence plus forte dans tous les secteurs du jeu: défense (Evra/clichy, Mexès/Abidal), milieu (Gourcuff/Ribéry/Ben Arfa/Malouda) et attaque (Anelka/Benzema).