Skip to Content

Tag Archives: linkedin

L’application iPad de Linkedin permet de préparer les rendez-vous professionnels

Linkedin vient de lancer une version iPad de son application. Jusqu’ici je me servais de la version iPhone (sur iPad), surtout pour des recherches rapides de profils professionnels. Je passais systématiquement sur ordinateur pour une véritable utilisation de ce réseau professionnel. La sortie d’une version iPad va sans doute changer les choses, car l’interface d’interaction s’est agrandie. Par exemple, outre un écran d’accueil encore plus aspirationnel, via la mise en majesté de la photo de profil, la lecture des résultats de recherche est beaucoup plus agréable et confortable. On peut parier que le temps moyen passé sur la version tablette va se rapprocher de celui consacré à la version web-sur ordinateur.
Cerise sur le gâteau: l’application fait le lien avec l’agenda de la tablette et les contacts qui figurent sur les rendez-vous pour aider l’utilisateur à préparer ses rencontres professionnelles, en lui affichant les profils identifiés.

20120430-235405.jpg

Google devrait laisser à ses utilisateurs la possibilité de rendre public ou non leur compte Google+

Lorsqu’on lance une recherche sur vous sur Internet, il y a de fortes chances de tomber sur certains types de liens:
– Votre blog
– Votre profil Facebook
– Votre profil Linkedin
– Votre profil Viadeo
– Votre compte Twitter…
Ah oui j’oubliais, votre profil Copainsdavant 🙂

Pour ma part, j’ai décidé il y a quelques années de favoriser l’option blog, et plus récemment, j’ai choisi de rendre public mon compte Twitter. Ce dernier réseau occupe une position de neutralité dans la galaxie des réseaux sociaux et il offre une fonction citoyenne (Twitter est utilisé par des chercheurs, des journalistes, des hommes politiques, les témoins d’un événement…) qui, à mes yeux, devrait lui conférer un léger avantage comme vecteur d’une identité numérique universelle.
Jusqu’à présent la plupart des réseaux sociaux donnaient la possibilité de faire apparaître ou non dans les résultats de recherche un compte personnel. Google+ a apparemment décidé de fermer la porte à cette possibilité, en rendant forcément publics les comptes des utilisateurs courant août. Ce choix s’accompagne d’une restriction sur l’usage des pseudonymes…

On remarquera que le compte Google n’apparaît pas dans la liste ci-dessus. Sur le Web français en tout cas, il est vrai qu’il ne fait pas partie des résultats qu’on a l’habitude de voir… La décision de Google s’explique en partie par la volonté de voir changer les choses. Premier moteur de recherche, il n’est paradoxalement pas aujourd’hui le premier vecteur de l’identité numérique des internautes. Facebook a pris une solide avance pour ce qui concerne l’identité privée ou personnelle; un grand nombre de services Web permettent de se connecter via son compte Facebook. Linkedin, Viadeo, et Twitter eux ont pris la première place pour l’identité professionnelle. En annonçant la préférence de Twitter comme vecteur de l’identité dans iOS 5, son nouveau système d’exploitation, Apple a choisi de fortifier la position de Twitter à la fois sur le plan privé et professionnel.

Un des nombreux objectifs de Google+ est de bouleverser cette hiérarchie, quitte à forcer un peu la main aux utilisateurs. Le nouveau réseau, dont on parie ici sur le succès, essaie de fusionner les identités privée et professionnelle, en offrant une synthèse des services fournis par les autres réseaux sociaux. Il est frappant de voir qu’une des premières informations fournies par un profil Google+ est l’entreprise de l’utilisateur. Sur un autre plan, on peut remarquer que la fonctionnalité de suggestion de contacts de Google+ se révèle assez efficace pour suggérer des contacts professionnels qu’on a pu croiser sur son parcours.

Au nom de la liberté de dire (ou pas) que Google a défendu par exemple lors des « révolutions arabes » récentes ou face au pouvoir chinois, le géant de la recherche devrait laisser le choix à ses utilisateurs de rendre publics ou non leurs comptes Google+, ainsi que celui d’utiliser un pseudonyme.